C’est ICI que tout commence

Tskhinvali, Capitale de l’Ossétie du Sud . La capitale de l’Ossétie du Sud est située à seulement 510 mètres de la frontière de facto séparant la Géorgie à sa province indépendantiste, localisée elle, à 100 kilomètres au nord-ouest de Tbilissi et à 25 kilomètres de la frontière avec la Russie. Au moment de l’éclatement de l’URSS, la république d’Ossétie du Sud avait été arbitrairement rattachée à la Géorgie en avril 1991. En revenant chez eux lors de l’indépendance toute fraîche de la Géorgie, les Ossètes d’origine trouvèrent les places occupées par des familles géorgiennes. Il faut savoir que les Ossètes ne sont pas des Géorgiens. Leur langue, d’origine persane, n’a rien de commun avec le géorgien. Les tensions ne pouvaient que s’accroitre faute de politique de retour adaptée. Pour les autorités géorgiennes, il s’agissait de riposter à «des agressions récurrentes sud-ossètes » contre des villages à majorité géorgienne et de rétablir « la paix et l’ordre constitutionnel » dans la région. A l’époque ce pays minuscule comprenait environ cent mille habitants. Après le conflit qui en chasse une majorité, il n’en restera que 20 000 habitants, pro-russes en majorité. Stationnés sur le bord de la Géorgie, il suffirait d’une demie journée aux troupes russes pour revenir en Géorgie si sa politique devait être agressivement tournée pro-Otan devenu le chiffon rouge des états-majors soviétique.

La ville où est bloquée la famille Tchekhov est construite par des immeubles d’appartements de la période soviétique et pour des édifices culturels. Au nord de la ville, sur les ruines de l’ancien village géorgien de Tamaracheni, détruit par les sud-ossètes pendant la Guerre d’Ossétie du Sud, un quartier résidentiel enclavé à Tskhinvali, dénommé « Moskovski » et construit par la mairie de Moscou. L’ensemble de l’enclave de l’Ossétie reste sous perfusion des services sociaux russe. Perchée sur les montagnes du Caucase et privée d’accès à la mer, elle dépend largement des subventions russes qui constituent la base du budget de la république. En 2017, sur les 8,1 milliards de roubles budgétaires, 7,3 milliards provenaient de contributions russes selon les données officielles citées par Kommersant. En mars 2015, Vladimir Poutine avait même annoncé que, pour la période 2008-2014, le montant total des aides accordées à la république avait dépassé les 43 milliards de roubles.

Seule invention de l’auteur le tunnel de Roki ne débouche pas sur la Géorgie mais sur la Russie. Une « liberté » venue d’abord d’une erreur d’interprétation d’une carte et maintenue afin de ne pas m’attarder sur les façons dont les échanges continuent entre les habitants de la région. Pour en savoir plus https://fr.wikipedia.org/wiki/Tskhinvali